“Née en 1988 à Nice, Aurélia commence la danse classique à l’âge de 6 ans.
Grâce à un travail intense, elle donne dés l’âge de 15 ans des cours dans un studio à Angers, où elle enseigne alors des styles afros-brésiliens et latinos-américains. Mais c’est vraiment vers le Flamenco que son coeur penche, et auquel elle décide de se consacrer.

A 17 ans, Aurélia part faire l’expérience de cet art en Andalousie, à Jerez de la Frontera, à Seville, à Puerto Santa Maria, à Cadix. Elle y travaille avec de grands maîtres comme LA CHIQUI DE JEREZ, Maria DEL MAR, LA CHINA, EL GRILLO, ANDRES MARIN. De retour en France, elle se perfectionne auprès d’Anna YERNO.

En 2007, Aurélia est la chorégraphe de La Suprise, téléfilm d’Alain TASMA, dans lequel elle donne des cours de Flamenco à Rachida BRAKNI.

En Juillet 2008, elle participe au festival Flamenco d’Avignon à la Fabrik’Théâtre, puis en août au prestigieux festival de Gorbio, près de Menton, organisé par Michel ISNARD. Elle y joue son spectacle « Silencio », décisif pour l’évolution de son style, puisqu’elle y développe ce qui constitue l’une de ses marques de fabrique : des moments suspendus, lorsque le cajon et la guitare abandonnent la danseuse à sa solitude et à sa liberté, avec ses émotions intérieures pour cadence.

En 2010, Elle créait l’association « botteroarteproductions » pour développer sa propre compagnie de danse, et pour partager ses talents de danseuse/chorégraphe par l’enseignement, qui joue un rôle essentiel dans sa vie de danseuse.

Aurélia a interprété son spectacle « Inspiration Flamenca » en novembre 2013 à la Maison des Cultures du Monde de Paris et, au théâtre Adyar de Paris en janvier 2015. Elle est aujourd’hui accompagnée sur scène par Laurent Noel et Jorge Castaneda à la guitare, ainsi que d’El Nino de Gambetta au chant.

Au fil des années, Aurélia a laissé son corps être envahi, habité par cette sublime musique tout en développant un style très caractéristique et personnel, riche d’un jeu de pieds prépondérant et virtuose, mais également d’un grand lyrisme et d’une émotion intense. Elle vit cette passion salvatrice, déterminée à faire connaître cette danse forte et fragile à la fois, toujours empreinte d’une profonde sensibilité.”

Aurelia_Bottero_Photo14

 

“Née en 1988 à Nice, Aurélia commence la danse classique à l’âge de 6 ans.
Grâce à un travail intense, elle donne dés l’âge de 15 ans des cours dans un studio à Angers, où elle enseigne alors des styles afros-brésiliens et latinos-américains. Mais c’est vraiment vers le Flamenco que son coeur penche, et auquel elle décide de se consacrer.

A 17 ans, Aurélia part faire l’expérience de cet art en Andalousie, à Jerez de la Frontera, à Seville, à Puerto Santa Maria, à Cadix. Elle y travaille avec de grands maîtres comme LA CHIQUI DE JEREZ, Maria DEL MAR, LA CHINA, EL GRILLO, ANDRES MARIN. De retour en France, elle se perfectionne auprès d’Anna YERNO.

En 2007, Aurélia est la chorégraphe de La Suprise, téléfilm d’Alain TASMA, dans lequel elle donne des cours de Flamenco à Rachida BRAKNI.

En Juillet 2008, elle participe au festival Flamenco d’Avignon à la Fabrik’Théâtre, puis en août au prestigieux festival de Gorbio, près de Menton, organisé par Michel ISNARD. Elle y joue son spectacle « Silencio », décisif pour l’évolution de son style, puisqu’elle y développe ce qui constitue l’une de ses marques de fabrique : des moments suspendus, lorsque le cajon et la guitare abandonnent la danseuse à sa solitude et à sa liberté, avec ses émotions intérieures pour cadence.

En 2010, Elle créait l’association « botteroarteproductions » pour développer sa propre compagnie de danse, et pour partager ses talents de danseuse/chorégraphe par l’enseignement, qui joue un rôle essentiel dans sa vie de danseuse.

Aurélia a interprété son spectacle « Inspiration Flamenca » en novembre 2013 à la Maison des Cultures du Monde de Paris et, au théâtre Adyar de Paris en janvier 2015.
Elle est aujourd’hui accompagnée sur scène par Laurent Noel et Jorge Castaneda à la guitare, ainsi que d’El Nino de Gambetta au chant.

Au fil des années, Aurélia a laissé son corps être envahi, habité par cette sublime musique tout en développant un style très caractéristique et personnel, riche d’un jeu de pieds prépondérant et virtuose, mais également d’un grand lyrisme et d’une émotion intense.
Elle vit cette passion salvatrice, déterminée à faire connaître cette danse forte et fragile à la fois, toujours empreinte d’une profonde sensibilité.”